Ni carotte, ni bâton : la fin du chantage alimentaire

A table
Ni carotte, ni bâton : la fin du chantage alimentaire

"Pas de dessert si tu ne finis pas ta viande", "encore une bouchée pour Papa ?"... En matière d'alimentation, mieux vaut éviter de punir ou de récompenser l'enfant. Alors, quelle stratégie adopter ?

 

Le chantage, les sanctions et les récompenses n'ont pas leur place dans une alimentation équilibrée[1]. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'ils font intervenir des émotions négatives telles que la culpabilité ou l'angoisse, et qu'ils induisent l'enfant en erreur sur la "valeur" des aliments. Ainsi, le poisson ou les épinards risquent de s'imprégner d'une connotation de tension, et d'être associés à un mauvais moment à passer.

 

Punir ou récompenser peut retarder l'acceptation de certains aliments, dérégler l'appétit et brouiller la relation de l'enfant aux aliments. Pour éviter que son seul repère soit "finis ton assiette", apprenez-lui à être à l'écoute de sa satiété.

 

Alors, que faire si votre enfant refuse de manger ? Pour les parents, cela commence par identifier la source du problème : est-ce un caprice ?, une aversion ?, un manque d'appétit ?...

 

Voici deux éléments à garder en tête s'il rejette un aliment :

 

- il n'a peut-être plus faim. D'ailleurs, il ne souhaite peut-être pas de dessert.

 

- il n'a pas envie de viande. Peut-être qu'il est train de bien gérer son appétit en gardant de la place pour le dessert.

 

Dans les deux cas, mieux vaut le laisser manger à sa faim, sans le forcer. L'astuce pour éviter ce genre de situation ? Lui demander au préalable s'il a une grande ou petite faim, afin de lui proposer une portion adaptée.

 

Si vous êtes quand même tenté de le priver de dessert, gardez à l'esprit qu'il peut s'agir d'un aliment clé dans son équilibre alimentaire comme les fruits et les produits laitiers. Par ailleurs, en le privant de dessert, vous risquez de survaloriser ce plat par rapport au reste du repas, faussant la perception de l'enfant qui va l'assimiler à une récompense, un refuge, ou même une transgression.

 

Enfin, n'oubliez pas que le repas est un moment de partage qui doit se dérouler le plus sereinement possible : rien ne sert d'isoler l'enfant pendant son repas, ni d'exercer un jeu de pouvoir ou d'influence. La seule règle à observer : tout le monde doit goûter à chacun des plats, y compris les adultes. Nul besoin de se forcer à finir ensuite. En revanche, gardez vos positions et ne lui cédez pas s'il demande une glace seulement 1 heure après le repas ! Et si vous souhaitez le récompenser pour s'être bien comporté à table, il convient d'utiliser un plaisir non alimentaire : un câlin, une histoire, un jeu de société à faire ensemble après le repas...

 

[1] : Leung AK, Robson WL. The toddler who does not eat. Am Fam Physician. 1994;49:1789–800.


Sablés Léopard

Sablés Léopard

En savoir plus
 Comment faire goûter de nouveaux aliments aux enfants ?

Comment faire goûter de nouveaux aliments aux enfants ?

En savoir plus